Dinos Siotis

Notre pays

 

Sans avertissement sont restés en arrière les

oiseaux sont restés en arrière les pots de fleurs sont restés

en arrière les loups à garder les moutons

 

À l’époque nous ne voyions rien : le bon pasteur

était parti en congé en cure thermale nous

nous étions aveuglés par les casinos et les publicités

 

à la télévision où les phénomènes de décomposition

& de décadence sentaient la fraîcheur et l’apogée

maintenant sans sommation agonise le

 

pays et même si le chef vient juste de découvrir

le développement durable et même si ils lui montrent

le moyen-âge qui marche en tête du pays

 

 

Athènes, le 14 mai 2011

 

 

Dinos Siotis, in Argent au noir,

Éd. Metaichmio, Athènes, 2011.

Traduction ©Marie-Laure Coulmin Koutsaftis


Administrateur poète