Jean Arbousset

En guise de rappel pour notre prochaine soirée Jeudi 30 janvier 2014 à 19h

Le cheval tué

Dans la boue et dans le sang,
sur la terre grise,
un vieux cheval agonise
et lance à chaque passant
l’appel désespéré d’un regard impuissant.

… dans la boue et dans le sang
sur la terre grise

Il se raidit, mais aussi
par instants frissonne.
Comme des feuilles d’automne
au vol triste et imprécis,
il pleut des souvenirs sur son coeur endurci.

__Il se raidt, mais aussi
par instants, frissonne.
— C’est le pays, l’ancien temps
et c’est la lumière,
chaude, et le hennissement,
tout de joie et d’amour, des lointaines juments.

… C’est le pays, l’ancien temps
et c’est la lumière. —

__Le pauvre cheval est mort
dans sa mare rouge.
Voici la nuit. Rien ne bouge.
Ainsi, quand fuit l’astre d’or,
plus d’un soldat appelle et puis rêve et s’endort,

__comme le vieux cheval, mort
dans sa mare rouge.

Cimetières de Combles, 1916.

In Le livre de « quinze grammes », Caporal, édition établie et présentée par Eric Dussert © Obsidiane, 2013

ImageArboussetCaporal1
Jean Roger Bernard Arbousset est né le 7 mai 1895 à Béziers (Hérault).  « Une figure d’enfant aux longs cheveux souples, aux joues blêmes mais aux grands yeux expressifs et rieurs et aux lèvres minces et ironiques à peine duvetées d’une fine moustache blonde … » C’est ainsi qu’en 1919, la Gazette médicale du Centre décrit un soldat de 23 ans tué d’une balle à la tête le 9 juin 1918, près de Saint-Maur. Ce soldat qui combattait depuis plus de trois années, portait le nom de Jean Arbousset. Mais, pour son entourage, pour ses compagnons d’armes, il s’agissait de « Quinze grammes ». Il était poète. Son surnom, il le devait à un physique de jeune homme frêle, presque féminin, contrastant avec son « métier » de soldat. Si son œuvre est aussi ténue que l’aspect de son auteur était délicat, elle est d’une originalité et d’une beauté singulières. Il avait été convoqué par la Grande Muette au moment où il préparait, au lycée Louis-le-Grand, son entrée à l’Ecole normale supérieure, et dans le monde des lettres…

 


Administrateur poète